Communiqués de presse

« Pacte de refondation des Urgences » : une avancée positive mais qui va nécessiter un réel courage politique

Paris, le 9 septembre 2019 – Alors que les premières annonces du mois de juin étaient décevantes car purement hospitalières, les mesures présentées cet après-midi par la Ministre de la santé pour tenter de panser la crise des urgences apparaissent plus globales, reprenant un certain nombre de propositions de la FHF. Cependant, elles devront se traduire par un courage politique fort. En effet, si les idées sont là, la méthode doit suivre. La FHF appelle depuis de nombreux mois à ce que tous les acteurs du système de santé – médecine de ville et hôpital - se réunissent autour de la table pour concrétiser ensemble et de façon concertée ce qui doit être la principale mesure de ce plan, à savoir la garantie de l’accès aux soins de première urgence.

Un an déjà après l’annonce de « Ma Santé 2022 » (dont le sous-titre est « un engagement collectif »), force est de constater que la crise des urgences est le symptôme révélateur d’une réforme qui aujourd’hui peine à promettre un avenir meilleur pour notre système de santé.

A tel point que la Ministre a dû en arriver à proposer ce plan urgences sous forme de pacte…que chacun devra donc respecter.

 

Les principales annonces de la Ministre concernant les ressources humaines, les infirmiers de nuit dans les EHPAD, la mise en place d’une plateforme et d’un numéro de téléphone unique pour les secours médicaux font partie des propositions formulées par la FHF et rassemblées au sein d’un plan d’actions global remis à la Ministre la semaine dernière.

 

Cependant, la FHF tient à souligner que, contrairement aux idées reçues, la forfaitisation à tout crin n’est pas la garantie d’un financement adapté. Le sujet porte sur le bon niveau de financement (à l’activité ou en dotation) au regard des coûts engagés. Le chantier préalable est donc celui d’une actualisation au regard des coûts.

 

L’annonce relative aux soins non programmés en ville, organisés par les CPTS nécessitera un véritable courage politique dans sa mise en œuvre.

La Ministre en appelle à l’intelligence collective. La FHF en appelle à l’engagement collectif en matière de soins non programmés mais également de permanence des soins pour laquelle une obligation de résultats est indispensable.

 

Enfin, en matière d’aval, la FHF n’a eu de cesse de dénoncer la catastrophe sanitaire générée par les fermetures de lits, notamment de médecine, imposées par le niveau national et l’échelon régional pour des motifs purement comptables.

Néanmoins, réarmer des lits nécessite d’avoir des professionnels médicaux et paramédicaux capables prendre en charge pleinement les patients… ce qui renforce encore l’impérieuse nécessité d’un choc d’attractivité paramédical et médical que la FHF appelle de ses vœux.

 

« La crise des urgences est le miroir grossissant des difficultés que devait résoudre le plan de transformation du système de santé. Les mesures proposées par la Ministre constituent enfin une première avancée mais il va lui falloir du courage politique pour une mise en œuvre efficace, notamment concernant « le service d’accès aux soins » dont les modalités concrètes restent à définir » explique Frédéric Valletoux, Président de la FHF

  • diminuer la taille du texte
  • augmenter la taille du texte
  • Imprimer
  • Share
  • Rss