Communiqués de presse

Ehpad publics en danger : pourquoi attendre une déstabilisation massive annoncée pour agir ? La FHF réitère son alerte 

La réforme de la tarification des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) implique à ce stade une nouvelle réduction des moyens humains de ces établissements.

Cette réforme ne peut être maintenue en l'état, car elle présente une triple menace : qualité des conditions d’accueil altérée, conditions d’exercice professionnel dégradées et perte d’attractivité de ce secteur déjà en souffrance.  

Plusieurs semaines après avoir alerté les pouvoirs publics sur les conséquences de cette réforme et avoir obtenu le 13 juin de Mme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, l'engagement d'un Comité de suivi, la Fédération hospitalière de France (FHF) constate que celui-ci ne s’est toujours pas réuni.

Pour autant, sur le terrain, l'inquiétude gagne de plus en plus d'établissements qui sont pris au piège par une évolution du système de financement. Il les condamne inexorablement à faire baisser la qualité de la prise en charge des résidents et à mettre les équipes en grande difficulté.

C’est dans un contexte particulièrement difficile que les maisons de retraite (Ehpad) assurent cet été la continuité du service public médico-social.

 

Des inégalités sociales accentuées et des professionnels en difficulté

La réforme de la tarification se traduit par une perte de ressources estimée à 200 millions d’euros qui engendre une raréfaction de moyens et porte atteinte à la sécurité et à la qualité des soins des personnes âgées dans le secteur public. 

Rappelons que le service public garantie l’accueil de tous sans discrimination. Or, les 300 000 personnes âgées vivant en maison de retraite publique (Ehpad) sont parmi les plus fragiles, de par leur état de santé, leur perte d’autonomie et leurs revenus modestes. Ce sont pourtant eux qui sont impactés par la mise en œuvre de cette réforme. 

Ce nouveau dispositif met donc en place une convergence public/privé et opère bien un transfert massif des ressources du public vers le privé. 

Par ailleurs, ce contexte rend le travail des professionnels qui les accompagnent particulièrement éprouvant compte tenu entre autres de la réduction des effectifs

Les EHPAD ne peuvent pas être les grandes perdantes de cette réforme

Lors de sa dernière séance, le Conseil d’administration de la FHF avait unanimement demandé un retrait de cette réforme (cf. communiqué de presse du 14 juin 2017).

Le secteur médico-social public sera un thème central des Universités d’été de la FHF les 5 et 6 septembre prochains. 

« A travers les établissements publics, ce sont in fine les personnes âgées dépendantes les plus modestes qui sont touchées par cette réforme inique. Aussi, FHF réitère-t-elle sa demande de moratoire immédiat de la réforme de la tarification » a déclaré Frédéric Valletoux, président de la FHF.

  • diminuer la taille du texte
  • augmenter la taille du texte
  • Imprimer
  • Share
  • Rss